Informations

Coordonnées

Présentation

Tarifs

Gîte

Villes

St-J de Compostelle
Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Villes - Cahors

Blason_Ville_Cahors.pngCAHORS

La ville, enserrée dans une large boucle du Lot formant un presqu'île, est nommée Divona Cadurcorum  (soit: la ville divine des Cadurques; Divona signifiant « divine »).

C'était le nom, du temps des Celtes, fixés là bien avant l'arrivée des Romains, d'une source réputée miraculeuse dont la résurgence, non loin du Pont Valentré, au pied de la colline nommée La Croix Magne, est toujours active. Des plongeurs y ont découvert de très nombreuses pièces de monnaies antiques. La ville est devenue Cadurca puis « Cahors ».  À partir du 1er siècle, Cahors 'est une cité gallo-romaine opulente avec un pont sur le Lot, un aqueduc amenant les eaux du Vers (dont on peut voir des traces à Laroque-des-Arcs), des villas somptueuses ornées de mosaïques, des temples (on a retrouvé récemment les fondation de l'un d'eux à l'occasion de travaux à l'Hôpital et on suppose l'existence du principal sous l'emplacement actuel de la cathédrale), un théâtre susceptible d'accueillir plusieurs milliers de spectateurs ( 6500), des thermes (dont seuls subsistent près de la gare « l'Arc de Diane » et des éléments de pierres sculptées au musée Henri Martin), une basilique et un vaste amphithéâtre (en forme d'ovale de 110 m de long sur 90 m de large) dont on n'a découvert qu'en 2006-2007 les vestiges, à l'occasion d'excavations pour la construction d'un parking souterrain en plein centre de la ville actuelle. Le parking a été aménagé de sorte que, depuis le 4 avril 2009, on peut admirer ces vestiges depuis un balustre aménagé au premier sous-sol. Cahors exportait notamment jusqu'à Rome ses étoffes de lin et son vin, produit par un vignoble important créé dès les années 50 av. J.-C.

Pont Valentré

Pont Valentré

Pillages barbares et disputes médiévales


La ville de Cahors a longtemps été disputée, et assiégée plus souvent qu'à son tour : du Romain Jules César ou du Franc Théodebert Ier au roi de Navarre Henri IV en passant par les prétentions anglaises de Richard Cœur de Lion, plus tard du Prince Noir.


Ainsi, la cité, qui s'étendait sur l'ensemble du cingle du Lot, est incendiée en 571 par Théodebert Ier, roi d'Austrasie et petit-fils de Clovis. Dès cette époque de nombreux monuments gallo-romains, basiliques, temples, thermes, théâtres sont pillés et détruits. Elle est relevée de ses ruines par l'évêque Saint Didier, dit aussi Saint Géry, qui y fit édifier la première cathédrale en 650) ainsi qu'une muraille dont le tracé correspond à l'actuel boulevard Gambetta. Les pierres des anciens vestiges sont utilisées. Mais la ville est à nouveau pillée par les Sarrasins en 732, puis par les Vikings et les Hongrois. De tout ce qui faisait sa splendeur dans l'Antiquité, il ne reste que des ruines (Arc de Diane). Mais Cahors, forte de son emplacement géographique et de la puissance et de la volonté des évêques qui y règnent, se reconstruit et reprend de l'importance.

Cahors_Arc_de_Diane.jpg
 

Le Pèlerinage de Compostelle :

 
La ville est traversée par un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle La Via Podiensis.
.
Les jacquets arrivaient de Saint-Cirq-Lapopie pour ceux qui avaient emprunté la vallée du Célé, ou de Varaire pour ceux qui avaient emprunté la vallée du Lot.
La sortie de la ville et la traversée du Lot qui se faisait aux premiers siècles de l'ère chrétienne comme de nos jours en face du quartier Saint-Georges, il se fit aussi à partir du XIVe siècle par le pont Valentré.
Les pèlerins remontaient alors par un chemin assez raide jusqu'à la Croix de Magne et de là, après un dernier regard sur le panorama de l'ancienne cité des Cadurques, reprenaient leur chemin dans la direction que leur indiquait toujours la Voie lactée. Sur ce parcours, la prochaine commune est
Labastide-Marnhac
.
Cahors eut plusieurs hôpitaux dont celui de Saint-Jacques qui fut d'abord près de l'actuelle place Galdémar. En 1683, il fut transféré au lieudit la Croix des Capucins. Une chapelle dédiée à l'apôtre de l’Espagne fut appelée au XVIe siècle Saint-Jacques des Pénitents à partir du moment où elle fut le siège d'une confrérie de Pénitents Bleus, un très intéressant retable y était conservé.

 Lieux et monuments à visiter :

Office du tourisme

  • Le pont Valentré (Monument historique), emblème de la ville. Les armoiries de la ville de Cahors ne représentent pas le pont Valentré mais le pont vieux (ou pont Notre-Dame), à 5 tours, détruit en 1868 et remplacé par le pont Louis-Philippe (par eaux basses, on peut encore en apercevoir les piles).
Cahors_pont_Valentre_vueville.jpg

  • Barbacane (Monument historique). Le terme Barbacane désignait pendant le Moyen Âge un ouvrage de fortification avancé qui protégeait un passage, une porte ou poterne, et qui permettait à la garnison d'une forteresse de se réunir sur un point saillant à couvert, pour faire des sorties, pour protéger une retraite ou l'introduction d'un corps de secours. La Barbacane de CAhors protégeait la porte de la Barre.
Cahors_Barbacane.jpg
 
  • Tour des pendus (Monument historique).
  • Église Saint-Barthélémy (Monument historique), XIVe siècle (L'église s'est appelée Saint-Étienne de Soubiroux (Sancti Stephani de Superioribus) jusqu'au XIIIe siècle, par opposition à la cathédrale qui était dans le quartier bas).
  • Palais Duèze (Monument historique)
  • Collège Pélegry, tour d'escalier crénelée (Monument historique), fin XVe siècle (Le collège Pélegry a été fondé en 1368 et fut, jusqu'au XVIIIe siècle, l'un des établissements les plus importants de la ville)
  • Maison Quéval (XVe siècle) (Monument historique)
  • Cathédrale Saint-Étienne (Monument historique)

Cahors_cathedrale_St_Etienne.jpg
 
  • Archidiaconé Saint-Jean (Monument historique)
  • Cloître (Monument historique)
  • Maison Henri IV ou Hôtel de Roaldès (XVe siècle, Monument historique)
Cahors_Hotel_Roaldes.jpg
 

Date de création : 09/01/2010 : 20:31
Dernière modification : 18/02/2010 : 12:50
Catégorie : Villes
Page lue 5246 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^